Book

The World of Mountains (Semantic Amplitude of the Topos in Maghrebian Fiction) The World of Mountains (Semantic Amplitude of the Topos in Maghrebian Fiction)

Svetlana Prozhogina

The World of Mountains (Semantic Amplitude of the Topos in Maghrebian Fiction)

Institut vostokovedeniya RAN

Moskva, 2013, 388 pages

ISBN: 978-5-9902254-3-5

This book is a collection of numerous examples of Maghrebian (Algerian, Moroccan, and Tunisian) writers’ conceptualization in their creations of traditional world order of mountain inhabitants in North Africa. The author also shows the processes of ethno-social and political transformations which took place there in 20th – beg. of 21st cent., as well as figurative interpretation of the world preserving traditional values and their destruction under the press of contemporary civilization and challenges of the Epoch. The book is supplied with Summary in French (Sommaire). The work is meant for a wide readership, experts in Maghreb cultural anthropology, as well as for specialists in Arab and Berber regions literature of post-colonial period.

На франц.

Dans le système des leitmotifs de la littérature maghrébine (tels que le Soleil, le Séisme, la Mer, le Désert, la Guerre) la Montagne représente un des «topos» le plus stable de la poétique. Le livre de S. Projoghina «Le monde des monts» dessine une vaste amplitude sémantique des romans maghrébins francophons dont l'action se passe dans la montagne, qui puisse acquérir les traits métaphoriques et symboliques, incarnant et l'intangibilité des traditions millénaires inébralables et en même temps leur immobilisme leurs stagnation; leur inviolabilité comme le garant de l'identité du peuple et en même temps leur avertissement constant de la guerre menée pour l'indépendance des pays.
Les chapitres du livre de S. Projoghina est une suite des thèmes consentant le problématique des Romans de Maghrébins où les monts sont représentés et comme un locus-rempart de la garde de l'honneur de la femme et la «vaillance» de l'homme dépendant de celte qualité (L. Débeche «Aziza»); et comme locus-refuge de la coutume antique de la vengance Sanglante, défendant «l'honneur de la tribu» (M. Feraoun «La terre et le sang», M. Ouary «Le grain dans la meule», M. Mammeri «Les chemins qui montent»); et comme «impasse» de la vie traditionnelle condamnnant les hommes au passéisme ou les entournant du cercle de l'existence immuable (M. Mammeri «La colline oublié», «Le sommeil du Juste»).
Le Monde des Monts peut être écrit comme la réduction sémantique («la Grotte») en aequérant les traits de l'abrit, le refuge de l'âme en quête, cherchant la paix et le trouvant dans l'amour, ou la femme devient le symbole de la Vie et la pacification des mondes en guerre (M. Dib «Qui se souvient de la mer»).
Mais en même temps la Montagne peut atteindre l'amplification sémantique et devenir l'espace de l'Oasis de la Vie «véritable», presque idéale, absolue dans sa fidélié à la loi de «Ansêtre» (M. Tlili «La montagne de Lion»).
Dans le grand nombre de romans consacrés à la guerre algérienne anticoloniale les monts sont représentés comme le rempart et l'appui.

RUS