Книга

Женский портрет на фоне Востока и Запада Женский портрет на фоне Востока и Запада
Женский портрет на фоне Востока и Запада Женский портрет на фоне Востока и Запада

Прожогина Светлана Викторовна

Женский портрет на фоне Востока и Запада

Институт востоковедения РАН, Восточная литература

Москва, 2006, 478 стр.

ISBN: 5-02-018523-Х (в пер.)

В галерее женских образов, созданных писателями — этническими арабами и берберами, живущими как в Магрибе, так и во Франции, — запечатлена судьба женщины на фоне основного конфликта встречи цивилизаций Востока и Запада: патриархальной традиции и социальной модернизации, необходимости следования как нормам мусульманской религии, так и вызовам окружающей реальности. В книге на многочисленных примерах выявлены проблемы социального и духовного раскрепощения женщины в колониальном и постколониальном обществе в странах Магриба, а также сложные социо-психологические процессы в условиях интеграции магрибинок в западный социум.

English synopsis

"Le portrait de femme sur le fond de l

Svetlana Prozhogina

На франц.

Dans le monde déterminé par la religion islamique et par la Tradition de Vie, tout spécifique, établie par le droit musulman réglant le rôle de la Femme dans la famille et dans la société, étant sous beaucoup de rapports décisive pour son destin, "la question féminine" (posée objectivement), comme une autointerrogation (subjective) de la femme sur sa place dans la vie qui l'environne, ne sont pas tout simplement importantes, mais sont essentielles pour l'opinion publique, ainsi que pour l'esprit artistique.
Cependant, il est possible que l'existence, à la limite des époques culturelles et historiques, d'un tel phénomène comme la littérature francophone du Maghreb ("Occident Arabe"), synthétisant les fruits des civilisations différentes, faisait souvent les écrivains s'adresser aux images des femmes en tant que porteuses de ces contradictions intérieures des sociétés orientales, qui empêchaient l'attribution des traits de ressemblance à la construction de monde à l'occidentale, en liant cela seulement avec "le fardeau du passé" qu'ils considèrent comme un obstacle sur la voie du progrès social comme tel, ce qui empêche l'émancipation de l'homme en tant qu'un individu.
De manière ou d'autre, mais dans l'œuvre des Maghrébins, au cours de tout un siècle, nous observons une tendance évidente à la réalisation dans l'image de la Femme non seulement du symbole de la Terre Natale (de manière ou d'autre opprimée, brisée ou, au contraire, résistant, défendant la Liberté), mais encore le symbole concret de la société, où elle existe. Où elle vit en éprouvant soit le dictât des traditions séculaires, des coutumes, des conventions, des "règles" et des "normes" de la vie (sous cet aspect le fond "oriental", comme "occidental", du portrait féminin importe également pour l'artiste), ou celui de la nécessité des recherches d'un certain compromis moral et social, ou, au contraire, de la voie d'une rupture décisive des "chaînes" sociales, confessionnelles et même morales communiquant à la femme cette sensation de l'absence de liberté. »
En faisant de la Femme juste le signe de cet état public qui agite l'artiste, l'écrivain reproduit dans son destin l'unité des trois temps — le Passé, le Présent, et le Futur, — l'unité qui a intégré l'Histoire du développement social, aussi bien que l'inachèvement des idéaux qui ont mûri dans cette Histoire des idéaux, tout comme l'ambiguïté et l'incertitude de l'étape moderne des relations publiques formées dans l'époque postcoloniale, et le rêve séculaire des peuples luttant pour l'Indépendance, le rêve de la Liberté, de l'Egalité et de la Fraternité, le rêve aspirant, comme toujours, aux horizons lointains...
C'est pourquoi "Le Portrait de la Femme", présenté dans ce livre, c'est une image non statique réalisant quelques "instants de la Vie", exprimé dans le "regard", dans la "pose", dans le "geste", et même dans le "costume de l'époque" et non seulement le caractère humain formé par "un ensemble de circonstances" de la vie, ou un destin d'un individu réalisé dans l'histoire personnelle de l'héroïne, mais le mouvement de la Vie même, de l'Histoire même, l'incarnation de son sens, de sa douleur, de ses aspirations, ses confusions et ses espoirs...